Ce serait bien prétentieux de vouloir expliquer comment les parents devraient élever leur enfants, et bien loin de moi l'idée qu'il y aurait une éducation "idéale" avec des grands principes qui fonctionneraient à tous les coups pour tous les enfants. . Non, l'objectif de ce blog est juste de partager quelques idées qui pourraient peut-être être utile à d'autres parents qui se trouveraient en difficultés avec leur enfants ou qui chercheraient simplement quelques solutions pratiques pour améliorer les relations parents/enfants ou encore qui voudraient améliorer la réussite scolaire de leur enfant ....

Il est probable que tout démarre avant même la naissance. L'enfant dans le ventre de sa mère est déjà tout ouies aux sons, aux mouvements, au toucher (et peut-être aussi à la lumière extérieure si la peau est un peu translucide ?) En faisant écouter un peu de musique classique, en parlant au futur bébé et en s'occupant de la maman , on favorise très certainement le développement de l'enfant. Et déjà on peut tomber dans un piège: celui de vouloir tout faire pour avoir un gosse super intelligent, alors que le pauvre enfant n'est même pas encore née ...
Je pense que ce qui devrait nous guider avant tout dans l'éducation de l'enfant, c'est la recherche de son bien être et éviter autant que possible les excès dans tous les domaines.
L'enfant doit se sentir bien dans sa peau : il a un besoin fondamental de l'amour de ses parents, de ses DEUX parents. Se sentir en confiance, en sécurité c'est vital pour le développement de l'enfant.
En tant que parent, c'est un peu normal, on a envie de le voir "réussir" et parfois dès la maternelle certains parents vont pousser leur gamin à apprendre, à compter lire et que sais-je encore : on sollicite encore et encore. L'école devient un lieu où l'on travaille, la maison où l'on va réviser , tout devient prétexte à apprendre. l'enfant ressent une sorte de pression permanente sensé le pousser à toujours faire mieux. Rien de mieux à mon avis pour arriver à l'objectif contraire : l'échec scolaire (sans compter, et non des moindres, les dégâts psychologiques d'estime de soi qu'il peut traîner comme un boulet toute sa vie durant)
L'excès nuit. Il faut solliciter son enfant, mais attention à le faire intelligemment. Si à la maternelle l'enfant voit l'école négativement (comme un lieu de supplice où l'on "travaille"), il faut se poser des questions ! La maternelle est avant tout un lieu où l'enfant se socialise et "apprend" au contacte des autres. Tout devrait être ludique car on oublie souvent une chose essentielle : l'enfant apprend à travers le jeu et les échanges avec l'adulte et ses autres petits camarades : Le rôle de l'adulte  est fondamental : il doit toujours positiver et encourager l'enfant : un gamin ne devrait jamais se sentir en situation d'échec, c'est ce qu'il y a de pire !
Le sentiment d'échec pour un enfant est souvent lié à un manque de confiance en soi qui est lui même lié à un manque d'affection (adulte non présent, trop distant ...). L'amour que les parents vont porter à leur enfant est fondamental pour le développement de ce dernier. Si l'enfant ne se sent pas aimé, il ne va pas progresser facilement. (dites à vos enfants que vous les aimer ! ) . Ensuite, il faut faire preuve de bon sens : sur-solliciter un enfant est tout aussi néfaste que de ne pas le solliciter du tout. Savez vous par exemple que "l'ennui" est une des composantes du développement d'un enfant ? Un enfant doit pouvoir se retrouver seul face à lui même et l'adulte n'a pas à craindre qu'il s'ennuie ! Car en réalité il va faire travailler son imagination : or un enfant en permanence sollicité ne va pas développer une composante fondamentale de la personnalité : l'imagination ! Parents, laissez votre enfant dessiner, jouer seul ou avec des copains, il se développe , il apprend, et c'est bon pour lui !
Bien sûr, certains enfants (surdoués) ont probablement une soif de connaissances plus élevée que la normale et ces enfants réclament des activités, réclament des livres et sont en quêtes permanente (et épuisante pour l'adulte) de nouveautés et de connaissances. Je parle moi pour la plus grande majorité d'enfants d'intelligence normale qui eux peuvent se retrouver en situation d'échec du fait de la bêtise,de l'ignorance ou des erreurs répétées des parents .
Un enfant pour réussir doit se sentir aimé, choyé. C'est probablement pas suffisant mais sans amour c'est vouloir faire la course à pied avec un jambe de bois : vous pourrez toujours, mais c'est  handicapant pour progresser et les conséquences psychologique peuvent être autodestructeur pour l'enfant (et le futur adulte)
Un enfant qui grandit avec l'amour et le soutien des parents et sans pression excessive (il faut un peu de pression tout de même !) , un enfant qui vit joyeusement son enfance , c'est un enfant qui pourra mieux affronter la vie. La vie d'adulte est pleine de stress et de turpitudes : une enfance heureuse est ce qui probablement vous prépare au mieux à affronter la vie d'adulte. Dans de nombreuses situations, on peut voir des aspects positifs et des aspects négatifs. La façon de voir les choses, de les appréhender est aussi liée à votre enfance  (attention, ce n'est pas en menant la vie dure à votre enfant que vous lui apprendrez à affronter positivement sa vie d'adulte !)
Un enfant doit vivre sa vie d'enfant, il faut le préserver du monde adulte et de ses turpitudes.
Il y a des erreurs à éviter : par exemple, les enfants en bas âge n'ont pas la notion du temps (pas avant 6-7 ans) Une fois, ma fille (à l'age 4 ans) avait entendu a la télé que le soleil allait exploser dans quelques milliards d'année et que donc plus de vie sur terre : elle en fut très affectée, nous demandant si demain on allait mourir (notons qu'elle avait déjà une certaine conscience de la mort) : on a immédiatement réagit en essayant dédramatiser,mais c'est pas évident : comment vous expliquez à une gosse de 4 ans ce qu'est le temps quand elle n'est pas physiologiquement prête à le percevoir ? En nombre de dodos ? (coucher /lever de soleil) , c'est un peu court même si elle sait un peu compter (elle a vite fait le tour de sa numération) . Donc là, on lui expliqué que tout d'abord il n'y avait absolument aucun risque pour que durant toute sa vie (ni demain, ni le lendemain et aussi loin qu'elle puisse s'imaginer) qu'elle risque de mourir d'une explosion du soleil. On lui a aussi dit qu'il y a des choses qu'on ne peut pas lui expliquer de façon simple  car elle encore trop jeune pour le comprendre (à savoir ici la notion de "temps")  mais qu'elle ne devait s'inquiéter, qu'il n'y avait aucun danger. Elle s'en est allée, toute rassurée. Et au fond c'est cela l'essentiel : que notre fille soit rassurée et continue sa petite vie d'enfant tranquille.